L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier -Pourquoi adhérer ?
AccueilActualitésVie syndicaleClasse supérieure : décryptage

Statut des orthophonistes salariés : décryptage de la situation

Le dossier du statut des orthophonistes salariés est une des priorités de la FNO dans le cadre de l’accès aux soins.
Le gouvernement actuel ne veut rien entendre à ce sujet. Pour la ministre de la Santé, l’évolution des salaires de la FPH (au niveau de professions bac+3 !) est suffisante, aucune perspective n’est donnée.
Les représentants de la FNO continuent de rencontrer des élus. De nombreux parlementaires ont posé des questions à l’Assemblée Nationale.
La “classe supérieure est une possibilité ouverte aux orthophonistes titulaires de la fonction publique hospitalière d’accéder à une rémunération un peu supérieure à celle de la “classe normale” (maximum 120 euros brut par mois).  Il ne s’agit bien que des titulaires, et donc les orthophonistes contractuels (en CDI ou CDD, la majorité aujourd’hui) n’y ont pas accès de toute manière.

Il y a des conditions d’ancienneté et surtout un quota à respecter : ce quota représente le maximum d’orthophonistes qui peuvent passer en classe supérieure par établissement.
Ce quota était encore de 40 % en 2012… Marisol Touraine avait ensuite réduit ce quota jusqu’à 15 %, et Agnès Buzyn vient de le réduire à 11 % : toujours sans aucune information préalable, sans aucune concertation, sans aucune explication, sans aucune information non plus si ce n’est la parution au Journal Officiel.

Agnès Buzyn utilise pourtant toujours les salaires qui figurent dans cette “classe supérieure” lors de ses discours, alors que cela ne représente donc que 11 % de  moins de la moitié des orthophonistes des établissements publics…

Une question orale avait été posée en avril par la députée Sophie Auconie (UDI, Indre-et-Loire). Elle faisait remarquer l’écart de rémunération criant entre les orthophonistes et les autres professions diplômées à BAC+5 dans la FPH.
Pour en savoir plus :
Il y a un an, en plein été, sortait le décret n° 2017-1263 du 9 août 2017 relatif au classement indiciaire applicable aux corps de personnels de rééducation de la catégorie A de la fonction publique hospitalière, annonçant une revalorisation honteuse des orthophonistes, avec un passage uniquement à un niveau bac +3 malgré 5 années d’études reconnues au grade de Master.

Cet été, les premiers orthophonistes diplômés au grade master sont sortis, et comme tous les orthophonistes, ils seront sous-payés, désertant les postes salariés à un point qui en devient critique. Aux plus de 150 questions, écrites et orales, posées par les parlementaires, Agnes Buzyn répond avec une méconnaissance qui pourrait passer pour de la mauvaise foi déjà présente chez sa prédécesseur… Mais que veulent vraiment dire ces chiffres, qu’elle affiche comme une réponse et qui pourraient convaincre les moins informés ?

Bruno Sarrodet, en charge de l’exercice salarié à la FNO, répond point par point à la ministre dans cette courte vidéo.

Article publié le 10 octobre 2018
Si vous avez des questions, des remarques ou des suggestions, écrivez nous à contact@fno.fr