L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilAccès aux soins (Page 2)

Nous pouvons tous avoir besoin d’un orthophoniste : Yazid

Yazid (75 ans) a été victime d’un AVC. Il parle difficilement, il ne veut plus voir ses amis et s’isole. Il avale souvent de travers, il a peur de mourir étouffé.

Si il avait eu un rendez-vous rapidement avec un orthophoniste, il aurait pu apprendre à manger sans danger, à communiquer autrement et à pouvoir mieux parler.

Nous pouvons tous avoir besoin d’un orthophoniste, mais quand ce sera le cas, nous n’en trouverons pas !

Nous pouvons tous avoir besoin d’un orthophoniste : Camille

Camille (35 ans) est professeur de français. A force de mal utiliser sa voix fragile, elle l’a perdue. Elle est en arrêt de travail depuis des semaines.

Si elle avait eu un rendez-vous rapidement avec un orthophoniste, elle aurait pu apprendre à utiliser sa voix pour enseigner sans fatigue.

Nous pouvons tous avoir besoin d’un orthophoniste, mais quand ce sera le cas, nous n’en trouverons pas !

Vidéo : Jean, 65 ans, atteint d’une forme grave du CoVid

Jean est resté intubé 7 semaines à cause du coronavirus. A sa sortie de réanimation, il avait perdu 15 kg et s’était beaucoup affaibli. Jean n’arrivait plus à avaler le moindre aliment ni à parler. N’ayant pas pu être accompagné par un orthophoniste pour avaler et reparler correctement, Jean a dû rester bien plus longtemps hospitalisé. Toujours privé de sa voix, il ne pouvait même pas téléphoner à ses proches et son moral était au plus bas.

Pourquoi en arriver là ?

Un suivi orthophonique à sa sortie de réanimation l’aurait aidé à remanger et à retrouver assez de voix pour rester en contact avec ceux qu’il aime.

Nous pouvons tous avoir un jour besoin d’un orthophoniste. Mais quand ce sera le cas, nous n’en trouverons pas.

 

Pour en savoir plus sur le rôle de l’orthophonie dans les cas de Covid :

  • L’orthophonie : un rôle essentiel dans le CoVid-19 (article du site fno.fr) ;
  • Covid-19 : les orthophonistes se penchent sur les séquelles engendrées par l’intubation prolongée (article paru dans Sciences et Avenir)
  • Après avoir passé un mois dans le coma, ce viticulteur rescapé du coronavirus témoigne (reportage vidéo Canal +)
  • Après le passage en réanimation des patients Covid, “il faut réapprendre au corps à fonctionner” (article du site du Huffington Post)
  • La longue rééducation des malades du coronavirus sortis de réanimation (article du site de France 3 Grand-Est)

Accès aux soins : communiqué de presse

La Fédération nationale des orthophonistes (FNO) mobilise les citoyens
pour améliorer l’accès aux soins en orthophonie

 

Il n’est pas rare de devoir attendre plus d’un an pour obtenir un rendez-vous avec un·e orthophoniste ; les listes d’attente s’allongent…

Cette situation pose un problème de santé publique, avec un risque accru pour les publics fragiles.

Les orthophonistes sont également impacté·es ; ils et elles souffrent de ne plus pouvoir accueillir et accompagner aussi bien qu’ils le voudraient les interrogations et les besoins du public.

Pour remédier à cette situation, la FNO lance le 28 novembre une pétition et une série d’actions locales.

 

Face au silence du gouvernement : un appel à mobilisation générale !

Les délais d’attente traduisent un besoin d’orthophonie croissant au sein de la population, mais ils tiennent pour beaucoup de décisions politiques ; alors que le « virage ambulatoire » a dirigé un surcroit de patients vers les cabinets des professionnels libéraux, l’État n’a pas décidé de former plus de nouveaux professionnels, ce qui amplifie la pénurie ; parallèlement, il y a de moins en moins d’orthophonistes dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux, les salaires n’étant pas attractifs, sans lien avec le niveau de formation, de compétences et de responsabilités des orthophonistes.

Pour résoudre cette situation de tension, la FNO avait, en 2018, formulé 20 propositions adressées au ministère de la Santé, sans réponse malgré de nombreuses sollicitations.

 

28 novembre : agir malgré l’état d’urgence sanitaire

Le 28 mars dernier, une grande journée de mobilisation était prévue, avec des évènements partout en France. La crise sanitaire en a décidé autrement. Les cabinets libéraux sont restés fermés de longues semaines, mais la FNO a obtenu la téléorthophonie pour permettre la continuité des prises en charges orthophoniques.

Lors de ce second confinement, les cabinets pourront accueillir des patients moyennant le respect des mesures de sécurité sanitaire. Les orthophonistes savent que les retards de prise en charge impactent lourdement les rééducation de leurs patients.

Le 28 novembre, une nouvelle journée de mobilisation est prévue. Il ne sera pas possible d’organiser des évènements de prévention, comme prévu. Mais les orthophonistes diffuseront des affiches et des vidéos, et une pétition pour obtenir une augmentation du nombre d’étudiant·es en orthophonie et la création de postes en établissements de santé et médico-sociaux, avec une rémunération et un statut en phase avec le niveau de diplôme (Bac+5).

 

Accès aux soins : Les orthophonistes développent des solutions concrètes

Pour accompagner les patients, les orthophonistes ont déjà mis en place des solutions :

  • allo-ortho est un site d’information qui fait le lien entre parents, aidants, patients et orthophonistes afin de favoriser la promotion de la santé. Chacun de ses articles permet de faire le point sur la nécessité d’une intervention orthophonique.
  • Depuis avril dernier, trois régions ont mis en place des plateformes de régulation des soins, qui permettent d’améliorer la pertinence des demandes de soins.
  • Un dépistage systématique des troubles du langage a été lancé dans 3 régions, en partenariat avec l’Assurance-maladie.

Accès aux soins : lancement d’une plateforme téléphonique dans 3 régions

Accès aux soins : faute de réponses institutionnelles, la FNO agit et propose des solutions !

La FNO n’a de cesse d’alerter sur les difficultés en termes d’accès aux soins en orthophonie : manque de professionnels libéraux et salariés, numerus clausus inadapté…

Pour les patients, trouver un orthophoniste est une gageure ! Pour tous les professionnels, ne pas pouvoir répondre est pesant.

 

Octobre 2019 : le site allo-ortho.com

En octobre 2018, la FNO et ses syndicats régionaux créent l’association Plateforme Prévention et Soins en Orthophonie (PPSO). Les URPS Orthophonistes et les associations de prévention en sont également membres.

Tous ces acteurs contribuent à une mission prioritaire : améliorer l’organisation de l’offre de soins et l’accès aux soins orthophoniques au niveau national et en région.

En octobre 2019, le site allo-ortho.com voit le jour. Il répond aux questions et inquiétudes du grand public sur le langage, la communication, la voix, la cognition mathématique et la déglutition.

 

Mai 2020 : une plateforme animée par des orthophonistes

Aujourd’hui, dans 3 régions expérimentatrices, il sera possible d’obtenir plus de réponses en se faisant rappeler par des orthophonistes pour des conseils plus individualisés.

Dans les Hauts de France, le Grand Est et la Bourgogne Franche-Comté, l’accès au site allo-ortho.com est enrichi d’un questionnaire. Les habitants de ces régions le remplissent s’ils ont encore des doutes sur la nécessité de consulter un orthophoniste après la lecture des articles.

Ils peuvent ensuite être mis en relation avec un orthophoniste-régulateur.

L’objectif est de mieux cibler les demandes de soins et d’encourager au plus tôt les comportements qui pourraient peut-être éviter une consultation chez l’orthophoniste.

Le recours systématique à des soins orthophoniques n’est pas toujours la solution ; un conseil ou une aide peuvent parfois suffire : c’est le pari que fait la PPSO avec son nouveau dispositif de prévention.

Ce dispositif a pu se concrétiser grâce aux subventions des ARS versées aux URPS des 3 régions concernées pour une expérimentation qui durera 3 ans !

La FNO se félicite de la mise en œuvre de ce projet et de l’action en partenariat de chacun des acteurs pour améliorer l’accès aux soins en orthophonie !

L’orthophonie : un rôle essentiel dans le CoVid-19

Durant la crise sanitaire que nous venons de traverser, les orthophonistes comme tou·te·s les professionnel·le·s de santé, ont été mobilisés pour faire face à l’épidémie.

Ils se sont tout d’abord réorganisés grâce à un suivi à distance pour assurer la continuité des soins de leurs patients ayant des pathologies nécessitant une prise en charge régulière (   retard de parole et de langage, trouble des apprentissages, pathologie de la voix, cancers, maladies neurologiques…). Mais ils se sont aussi largement mobilisés dans le suivi des malades post Covid.

En effet, les connaissances acquises par les soignants au cours des mois de mars et avril ont rapidement fait état de troubles importants liés à une hospitalisation prolongée en réanimation : les patients gravement atteints ont souvent dus être intubés et placés sous respirateur artificiel. Les durées longues de coma ont ainsi entraîné des troubles spécifiques pour lesquels une rééducation post-CoVid-19 est absolument nécessaire.

En quoi consiste le suivi orthophonique pour les malades post CoVid-19 ?

L’orthophoniste exerçant en milieu hospitalier ou en libéral cible en particulier les complications liées à la réanimation qui affectent la voix et la capacité à avaler. En effet, dans les cas de troubles sévères de la respiration, il se peut que les patients aient été intubés longtemps, ou bien qu’ils aient subi une trachéotomie (orifice dans la gorge permettant de mieux respirer), ce qui entraîne généralement des difficultés à retrouver sa voix et à pouvoir être réalimenté par la bouche. Des exercices spécifiques et des adaptations transitoires sont alors proposés et mis en place par les orthophonistes selon un protocole bien précis. Sans ce suivi, les malades ont souvent beaucoup plus de mal à recouvrer ces fonctions vitales que sont l’alimentation et la communication ; avec les complications suivantes : dénutrition, alitement et hospitalisation prolongée, perte d’autonomie….

Par ailleurs, les patients atteints d’une forme grave de CoVid-19 présentent fréquemment d’autres troubles affectant le langage, la communication, la mémoire et parfois une incapacité temporaire à sentir les odeurs et apprécier les goûts (anosmie-agueusie). Ces séquelles neurologiques liées à l’atteinte virale nécessitent également un accompagnement et une rééducation orthophonique.

L’intervention des orthophonistes dans le suivi des patients sur le long terme

De façon plus globale, les orthophonistes contribuent à la récupération des moyens de communiquer et de s’alimenter normalement et leur expertise  est primordiale pour accompagner les patients, leur entourage et les équipes de soin.

Les troubles liés au CoVid-19 peuvent durer plusieurs semaines et engendrer des cas de dénutrition et de fatigue extrême chez les patients, sans compter l’impact psychologique sévère qui affecte bien souvent aussi l’ensemble de l’entourage. L’orthophoniste est alors un·e partenaire essentiel·le, tant parmi les personnels soignants qu’au sein de la famille pour évaluer, diagnostiquer et traiter l’ensemble de ces difficultés. Le rôle de l’orthophoniste consiste donc à s’assurer de la capacité du patient à retrouver une alimentation et une communication satisfaisantes et au final une vie sociale.

Le contexte particulièrement éprouvant de ce début d’année 2020 nous rappelle combien il est  crucial d’intégrer l’expertise orthophonique dans le suivi global des malades post CoVid–19 et cela passe tout d’abord par la création et le maintien de postes dans des conditions décentes, notamment au sein des hôpitaux.

Il y a aujourd’hui une réelle pénurie d’orthophonistes qui ne permet pas de prendre en charge correctement des patients au quotidien et cette situation ne fait que s’empirer en temps de crise sanitaire. Les orthophonistes, via notamment leur syndicat la FNO, se mobilisent depuis des années pour pallier ces manques et dysfonctionnements. C’est dans cet esprit que sera lancée à la rentrée 2020 une grande campagne de sensibilisation sur les difficultés croissantes d’accès aux soins orthophoniques et les propositions très concrètes pour y remédier.

Pourquoi est-il si compliqué d’avoir un rendez-vous chez un orthophoniste ?

Pourquoi est-il si compliqué d’avoir un rendez-vous chez un orthophoniste à Montluçon comme ailleurs ?

Article paru dans La Montagne le 25 septembre 2020

Il est extrêmement compliqué d’avoir un rendez-vous chez l’orthophoniste. Pour les parents, les refus s’accumulent et chez les professionnels les listes d’attente s’allongent.

Trois orthophonistes montluçonnaises expliquent pourquoi.

Cliquez ici pour lire l’article.