L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilPresseCommuniqués de presseFormation initiale et recherche : communiqué de presse

Formation initiale et recherche : entendre enfin la voix des acteurs de l’orthophonie

Les acteurs de l’orthophonie (FNO, FNEO*, CCFUO**, UNADREO*** et CFO****) contribuent, depuis 2017, aux travaux préparatoires à la réforme de l’admission au sein de cette formation universitaire.
La mise en conformité avec la loi ORE nécessite une intégration sur Parcoursup à la rentrée 2020. Ces travaux, intégrés à une contribution remise en novembre 2018, ont permis de définir un modèle fonctionnel garantissant à la fois la qualité de la procédure mais aussi l’équité entre les candidats, néo-bacheliers, étudiants ou en formation continue. Celui-ci prendrait la forme d’un examen du dossier (phase d’admissibilité) suivi d’un oral pour les candidats retenus (phase d’admission). Ce modèle, parce qu’il a été élaboré avec les étudiants, les acteurs de la formation universitaire et les professionnels, fait désormais l’objet d’un fort consensus.

Les acteurs de l’orthophonie indiquent que le modèle actuellement envisagé par le gouvernement comporte des propositions inadaptées.
Les travaux menés prévoyaient un passage de la modalité Examen d’Aptitudes en 2019 à celle d’admission par Parcoursup entretien en 2020 : le gouvernement souhaite aujourd’hui effectuer une année transitoire. Il s’agissait d’organiser les universités en regroupements territoriaux comptant chacun 100 à 150 places. Alors que le candidat devait alors avoir la possibilité de postuler dans trois ou quatre regroupements, aujourd’hui celui-ci ne pourrait postuler que dans 3 ou 4 universités. Ce modèle créera de plus des disparités entre les universités. Enfin, le modèle concernant les frais d’inscription à la procédure d’admission comporte des imprécisions qui laissent envisager des difficultés pour les candidats et les universités.

Par ailleurs, les acteurs de l’orthophonie demandent la création d’un CNU Orthophonie (Conseil National des Universités) à l’instar des CNU Maïeutique, Sciences Infirmières et Sciences de la Réadaptation et Rééducation en cours de création.
L’orthophonie a été exclue des travaux préparatoires à ces créations alors que les étudiants obtiennent un diplôme de santé de niveau grade master 2 leur permettant une inscription en cursus doctoral. Depuis toujours intégrée à l’université, la filière orthophonie dispose, de plus, d’un vivier d’orthophonistes enseignants-chercheurs titulaires, vivier permettant de pourvoir un collège complet. Ce CNU Orthophonie est le levier indispensable au déploiement d’une recherche institutionnelle spécifique en orthophonie, favorisant l’amélioration du diagnostic, du soin et des pratiques professionnelles orthophoniques, ainsi que la qualification, dans le champ de la santé, des orthophonistes devenus docteurs.

Les acteurs de l’orthophonie se tiennent à la disposition des cabinets ministériels pour finaliser les travaux concernant deux fondements de la formation universitaire : l’admission en formation initiale et le développement de la recherche. Nous continuerons d’œuvrer, en cohérence avec les objectifs fixés en 2017, à l’élaboration d’un modèle d’admission fonctionnel par Parcoursup, conciliant examen des dossiers et entretiens. Ce mode d’admission, respectueux de l’équité entre les candidats, ne nécessitera pas de préparation spécifique. Nous maintiendrons la demande de création d’un CNU Orthophonie afin d’asseoir l’avenir de la recherche sur un socle solide.

* FNEO : Fédération Nationale des Etudiants en Orthophonie
**CCFUO : Collège des Centres de Formation Universitaire en Orthophonie (21 universités)
***UNADREO : Union Nationale pour le Développement de la Recherche et de l’Évaluation en Orthophonie
****CFO : Collège Français d’Orthophonie